Le Samedi 13 juin, sous un soleil de plomb, le Château a pris l’apparence d’une fourmillère parcourue par 500 participants, enfants et adultes, 25 artistes, les associations qui s’occupaient de la restauration, les équipes du château et d’Athénor, et enfin 4500 visiteurs venus en famille !

Une journée pleine de surprises...

Un violoniste dans un couloir, une joueuse de kora et un conteur dans une tour, des transats munis de casques sur les remparts... La promenade dans le Château offre à chacun le loisir de se laisser surprendre par des formes artistiques impromptues et inattendues.

transat.JPG bulle_delphine_noly.jpg

Dans un parcours effréné sur les remparts du château, les enfants s’époumonent à chanter les refrains qu’ils ont écrits au cours de l’année, pendant que d’autres s’amusent à créer des langages imaginaires. Le regard pétillant et le sourire en coin, ils prennent possession des tours et détours du château pour faire résonner leur musique et leur voix, face à un public impatient de découvrir leurs nouvelles inventions…

fanfare_mots.JPG chuchoteurs.JPG

Pendant ce temps, à l’abris du tumulte et de l’effervescence de la cour, un univers visuel et sonore surprend les spectacteurs qui se sont aventurés jusqu’à cette salle... Des machines musicales des plus farfelues diffusent leurs douces sonorités métalliques, que les enfants viennent perturber à coup de percussions dans une cacophonie harmonieuse.

bulle_paroles.jpg

Non loin de là, dans un théâtre de verdure, un moment de calme rassemble les amateurs de poésie et de sonorités malgaches et indiennes. Guitare et Tablas accompagnent la voix de Jean-Luc Raharimanana qui fredonne un texte inconnu dont la mélodie nous transporte vers des pays chargés d’une histoire souvent oubliée…

verdure.JPG

Pour finir, une fanfare de jeunes musiciens a fait vibrer les murs du château aux sons chauds de ses cuivres et autres percussions ; un spectacle explosif appelant les visiteurs à se retrouver dans la cour pour partager ce moment de fête.

urbain.JPG